Amazon s’intéresse à la restauration….

Amazon pourrait se mettre à vous livrer la nourriture de vos restaurants préférés… A Seattle, la ville où pourrait s’implanter ce nouveau service, l’offre serait intégrée dans un bouquet de services « Amazon Local » qui propose des réductions dans l’esprit Groupon. Le développement devrait se faire de façon très progressive, selon le site TechCrunch, comme celui d’Amazon Fresh, le service de livraison de produits alimentaires d’épicerie & de frais, qui a lui aussi débuté à Seattle avant de s’étendre à la Californie. 

Read More

Starbucks veut trinquer avec vous

Starbucks déploie inexorablement son offre apéritif   Dès 2010 le géant du café a commencé à tester une offre vin, bière et petites assiettes de charcuterie et de fromage en fin de journée à Seattle à proximité de son siège. Depuis, le déploiement se fait en douceur mains en continu : 26 sites déployés en 2013, 40 fin 2014… aux Etats Unis seulement, pour le moment… Zapping concept écrit pour Zepros

Super Chix: le poulet c’est très Chic pour Yum

Article écrit pour l’Hôtellerie Restauration Yum Brands, la holding derrière Pizza Hut, KFC et Taco Bell teste un nouveau concept « exploratoire » autour du poulet à proximité de Dallas au Texas Une réponse au succès éclatant de Chick-Fil-A Yum se sent en effet attaqué par la réussite de Chick-Fil-A, une enseigne qui a dépassé les 1000 restaurants en vendant des sandwiches au poulet avec un parti pris de tradition et de qualité. Elle s’est même payé le luxe de doubler en 2010 McDonalds avec un CA de pres de 2 millions d’euro par point de vente (contre 1.7 pour McDo) et surtout de prendre l’avantage sur KFC avec moins de restaurants.

Read More

Tendance Food & Shopping : La mort des centres commerciaux américains?

La question très provocatrice a été posée par une journaliste du New Yorker… relayant une déclaration de Rick Caruso, dirigeant d’un des plus importants groupes immobiliers américains privés “D’ici 10 à 15 ans, le mall américain typique, s’il n’est pas totalement repensé, va devenir un anachronisme— une aberration qui aura duré 60 ans mais ne correspond plus aux attentes des clients, des marques et de la communauté ». Une étude affirme qu’à horizon 10 ans, 15% des malls américains pourraient fermer. A 20 ans, c’est 50% d’entre eux qui pourraient disparaitre. Parmi les responsables, le shopping sur internet : les ventes y ont atteint 6% du commerce total en 2013, le double de ce qu’elles réalisaient en 2006.Des enseignes emblématiques comme GAP déclarent ouvertement qu’elles ne comptent plus sur les malls pour assurer leur croissance. La conception en « bloc de béton » sans ouverture sur l’extérieur ou lumière naturelle est également remise en cause. L’impact sur la restauration est franc : Sbarro, l’enseigne italienne omniprésente sur les food courts de ces centres à l’ancienne a déposé le bilan en avril… Place donc à la réinvention pour laquelle plusieurs pistes se dessinent : l’intégration au sein d’un habitat urbain où le centre sert alors de place du village avec points de rencontre, d’échange, restauration bien sûr mais aussi des écoles, centres médicaux, cours de sport, loisirs, et surtout ouverture sur l’extérieur… L’identité est aussi un sujet : la création d’une destination unique est plus que jamais d’actualité. Et la restauration y aura un rôle unique à jouer …

L’insight bento : comment créer de la spécificité, du désir et de la surprise dans des environnements normalisés… C’est un vrai et beau chantier pour notre métier !

Read More

Pizza Hut se réinvente…

Article écrit pour l’Hôtellerie Restauration

Nouvelle pâte plus artisanale, nouveau prototype de restaurant avec bar à pizza à la coupe, table digitale pour composer sa pizza comme sur un iphone, le géant de la pizza met les bouchées doubles.

2014 Année aérienne & artisanale…

En début d’année Pizza Hut a lancé une version plus légère et quasiment ( !) aérienne de sa fameuse pâte pétrie à la main, la « Hand Tossed ». Volontairement artisanale, la pâte présente des imperfections : les poches d’air irrégulières donnent à chaque pizza un aspect unique. La pâte est finie avec un souffle de beurre aillé et garnie de mozzarella. Un délice aussi accessible qu’authentique disponible pour $10 en tous formats qui n’a pas été si simple à implanter puisqu’il a nécessité de développer le programme de formation le plus ambitieux des deux dernières décades.A la clef cependant de nombreux bénéfices dont le moindre n’est pas la nouvelle motivation des équipiers qui redécouvrent le plaisir de fabriquer plus librement les pizzas.

Top départ pour la pizza à la part

Parallèlement, l’enseigne a démarré des tests sur la pizza à la part, une vraie révolution ! Sur 2 établissements, la chaîne qui en compte 6400 aux Etats Unis, propose ainsi un « pizza slice bar », un bar à pizza à la coupe. Elle s’était jusqu’à maintenant toujours refusée à travailler ce segment jugé trop compétitif et trop éloigné de son mode de fabrication. Mais l’essor des nouveaux concepts de pizza « fast casual » qui proposent des pizzas personnalisables, fabriquées minute et à emporter comme Pizza Locale ou MOD Pizzas ont remis en cause ces choix stratégiques. Pizza Hut désire désormais au moins vérifier le potentiel de cette offre qui devrait lui permettre de marquer des points sur le marché du déjeuner & du nomadisme. Si l’un des prototypes reste proche d’un Pizza Hut habituel, avec une part prépondérante accordée à la livraison, l’autre, développé à York, louche beaucoup vers le fast casual avec des menus boards digitaux pour plus de flexibilité, ses 80 places, ses spécialités de pâtes sautées pour le diner ou ses salades minute… Résultat cette année !

Digital oh mon digital

Côté digital, Pizza Hut met aussi les bouchées doubles en testant une table interactive qui permet comme sur une application géante, de composer la pizza de ses rêves… Ajouter des toppings, en enlever, changer de taille, changer de pâte… Voilà ce qui ramène du fun à la commande. Annoncé en mars juste avant le grand salon de la high tech mondiale à San Francisco, cette nouvelle innovation était cependant attendue, car le grand rival de l’enseigne, Domino’s Pizza a pris quelques longueurs d’avance sur le sujet : 40% de ses commandes aux Etats Unis sont ainsi prises par le canal digital. Son service Pizza Profile permet au client de garder en mémoire ses commandes et ses recettes préférées tandis qu’au Royaume Uni, la Domino live Platform donne la possibilité de voir en direct la fabrication des pizzas.

Tous ces tests n’empêchent pas Pizza Hut de rester à l’écoute de ses clients comme en témoigne sa dernière promotion très sympathique. Pour rendre le 15 avril – jour de la déclaration d’impôt aux Etats Unis- plus doux, l’enseigne offre un menu spécial à prix discounté disponible online avec le code TAXDAY. Une jolie idée…

http://www.lhotellerie-restauration.fr/journal/restauration-pizza/2014-04/Pizza-Hut-se-reinvente.htm?onl=nl

Read More

New York Sucré, une mine d’idées…

Tendance Sugar-Addict : Le plus dur c’est de revenir…

Dominique Ansel, le créateur du cronut qu’on ne présente plus, à l’origine d’une incroyable folie alimentaire en 2013, remet le couvert avec un “Milk & Cookie Shot”, un shot de lait dans un cookie aux pépites de chocolat hautement mangeable. Il utilise du lait de ferme, bio, infusé à la vanille et versé ensuite dans un « gobelet de cookie » à la pâte très aérée mais recouverte d’une fine couche de chocolat noir pour en garantir l’étanchéité.Un nouveau geste, un rituel de dégustation biphasé inédit, et une référence nostalgique au goûter des écoliers américains… Sur le même thème, nous avons aussi en magasin le cookie servi en poêlon brûlant associé au verre de lait glacé. Que de possibilités lorsque l’on veut innover ! Notre tendance « Véritage –Vintage & Héritage »  présente une revue assez touffue de tous ces formats incroyablement inventifs qui foisonnent autour de la petite pause sucrée : doughnuts revisités après sa grande renaissance des années 1990, glaciers laboratoires qui explorent tous les possibles entre tradition réinventée ou grand bond dans l’inconnu en passant par l’acclimatation des saveurs du monde, hybrides comme le cragel -croissant+bagel-, le brookie -Brownie+ cookie-, le duffin –doughnut + muffin- ou encore temples du chocolat comme notre dernière découverte, Fine & Raw à Brooklyn. En voici qui savent ce que mettre en scène veut dire …

Read More

Hotels fous de food à New York…

Tendance Hotels Fous de Food : plein les yeux !

Nous y consacrons une bonne partie de notre cahier de tendances Inspiresto New York car les acteurs hôteliers ne sont pas en reste pour imaginer les offres de demain. Le nouveau concept Herb N’Kitchen de Hilton est en passe de gagner son pari de réinventer le room service en associant libre service, produits de haute qualité à pédigrée, environnement soigneusement designé pour véhiculer les codes haut de gamme qui crédibilisent la prestation, et bien sûr la personnalisation si vitale aujourd’hui. Un petit marché de luxe qui révolutionne la prestation souvent limitée, souvent lente et complexe à servir du room service classique.Côté économie, le restaurant éphémère Pop@pod a ouvert ses portes à l’hôtel Pod 51 et devient une destination à part entière avec une promesse de gastropub accessible entre bières artisanales, burgers signés, et décor industriel : Simplicité rime ici avec convivialité. Les hipsters New yorkais se précipitent pendant ce temps chez Narcissa, le temple du légume qui fait courir la ville au Standard East Village pour déguster la production de la propre ferme d’André Balazs, le fondateur de l’enseigne Standard Hotels, préparée par un des chefs les plus talentueux de la grosse pomme…

Pour plus d’info ou commander le cahier Inspiresto New York http://www.bento.fr/

Read More

Noodles & Compagnie: les pates, ca marche !

Article écrit pour l’Hôtellerie Restauration

Noodles & Co, la pasta qui atteint des sommets…

Ses 380 implantations dans 29 états américains devraient se multiplier après une introduction en bourse remarquée en 2013…

Votre cuisine du monde

Noodles & Compagnie est un restaurant fast casual qui associe commande au comptoir et service à table. Sa spécialité ce sont bien sûr les nouilles – noodles- et les pâtes avec un positionnement très affirmé « votre cuisine du monde », qui permet à chacun de commander ses saveurs préférées, du monde entier.Chez Noodles en effet, on peut déguster indifféremment des nouilles japonaises, des penne à l’italienne ou des macaronis au fromage bien américains. La carte ne se limite d’ailleurs pas aux pâtes, car l’enseigne propose également des salades, des soupes et des sandwiches, largement personnalisables. Cette flexibilité, associée à la fraîcheur des ingrédients, l’excellent accueil réservé aux familles & un travail permanent de renouvellement de la carte explique en grande partie le succès de la chaîne. Pour le printemps, les asperges au Parme, le Houmous rustique ou la salade de poulet au barbecue viennent enrichir la gamme dans cet esprit de cuisine du monde accessible.

Un succès commercial et financier

Fondée en 1995, par un ancien cadre de Pepsi, Noodles & Compagnie a été rachetée en 2010 par le fonds d’investissement Catterton Partners. Son entrée sur le NASDAQ, le marché financier high tech américain, était une première pour une enseigne de restauration et s’est traduite par un des succès les plus remarqués de l’année: la valeur de l’action a doublé le jour suivant la première cotation. Son ticket moyen s’élève à 8$.

http://www.lhotellerie-restauration.fr/journal/restauration-snacking/2014-04/Noodles-Co-la-pasta-qui-atteint-des-sommets.htm?onl=nl

Read More

Les Millenials pour demain mais déjà pour aujourd’hui !

Article écrit pour NéoRestauration

Qui sont-ils ?

Nés dans les années 80 et 90, les Millenials s’apprêtent à changer pour toujours le visage de la restauration dans les pays occidentaux, et donc en France. On les appelle Millenials, car ils sont les enfants « du millénaire », nés juste avant l’an 2000, mais aussi Génération Y, en opposition à la Génération X , ceux d’avant, les vieux des années 60 et 70.Les mauvaises langues disent également que ce Y fait allusion au Y que dessine le fil du baladeur sur leur torse –un accessoire indispensable- ou au fait que Y se prononce « Why » : Pourquoi ? et fait donc allusion au questionnement permanent que porte cette génération sur le monde…

Pourquoi il sont différents ?

Ils ont grandi avec la crise et le Sida, mais sans les menaces de la Guerre Froide. L’informatique grand public, la téléphonie mobile, la photo numérique, l’internet, les réseaux sociaux font partie de leur cadre de vie depuis toujours : ils en ont donc acquis une maîtrise intuitive qui dépasse généralement celle de leurs parents. Digital Native –nés avec le digital- ils sont très à l’aise pour communiquer et trouver l’information qui leur est nécessaire. C’est pourquoi ils remettent facilement en cause la notion de compétence, voire d’autorité. Dans un monde volatile, ils privilégient le court terme & sont très mobiles mais sont profondément civiques,  avec un sens du collectif & une forte sensibilité aux sujets écologiques et sociétaux. La qualité de vie est pour eux primordiale.

Pourquoi il va falloir les écouter ?

D’ici à 2015, la Génération Y représentera 15% de la population européenne (1) & 40% des actifs en France. Aux Etats Unis, les Millenials âgés de plus de 25 ans, l’âge qui permet de commencer à consommer de façon importante et donc de peser sur le comportement global d’une population, représenteront 64 millions d’individus en 2020, contre 17 millions en 2010. « Comment marketer pour les Millenials ? » est le sujet qui agite l’industrie aux Etats Unis depuis plusieurs années. McDonalds a par exemple très mal digéré de ne plus figurer au palmarès des 10 marques préférées par ce groupe démographique. En réaction, ils ont lancé en 2013 le McWrap qui est « la meilleure réponse alimentaire que l’on puisse apporter aux attentes de customisation et de variété qui sont clefs pour cette cible (…) c’est un ‘Subway Buster’ –un démolisseur de Subway …» qui permet de choisir entre 3 préparations de poulet et d’opter pour un sandwich contenant de 360 à 600 calories. Le mémo diffusé par l’enseigne est clair : “Nos clients, et particulièrement les Millenials,  nous disent en permanence qu’ils veulent de la variété, plus de choix, de la customisation et la possibilité de personnaliser leur expérience. En fait, ils nous ont dit que si nous ne proposions pas de McWrap, 22% de nos clients additionnels iraient chez Subway.”

Les marques qui leur parlent…

Subway fait indéniablement partie des marques qu’ils préfèrent pour toutes les raisons citées plus haut. Mais elle joue aussi une carte intéressante en communication en se positionnant aux Etats Unis comme la chaîne « où les gagnants se restaurent » et en choisissant des athlètes comme porte-parole. Elle sponsorise également les jeunes réalisateurs de film avec le Subway Fresh Artists Program. Elle propose enfin des menus très économiques bien réconfortants pour nos Millenials frappés par la crise.

Chipotle, la star du burrito mexicain, propose les mêmes possibilités de préparation « sur mesure » avec en plus la dimension dépaysement, un plus qui va bien à ce groupe d’âge plus aventurier que les autres puisque « 88% d’entre eux souhaitent essayer de nouvelles nourritures ». Autre levier parfaitement actionné par Chipotle, la responsabilité sociale : son programme Food With Integrity démontre son engagement en faveur d’une agriculture raisonnée et raisonnable. Il résonne parfaitement avec les préoccupations d’un groupe qui fait ses choix de consommation à 48% en fonction de la façon dont l’emballage est recyclé, contre 42% pour la génération X ou 30% pour les Baby Boomers et se reconnaît bien dans des affirmations comme « je veux faire des choix alimentaires qui profitent à l’environnement » (2).  Chipotle affiche de surcroit une rare maîtrise de la communication avec des films clips d’anthologie qui ne sont diffusés que sur les réseaux sociaux car L’enseigne a abandonné depuis l’année dernière la publicité sur les médias classiques. –A voir absolument : « The ScareCrow » & « Back to the Start » sur Youtube-.

Autre clef : la communauté. La chaîne américaine de 40 restaurants Burgerville l’a compris bien avant les autres et multiplie les signaux en ce sens. Elle a ainsi mis en place la « Nomad », une cuisine mobile qui va à la rencontre des clients dans les rues de Portland et un programme “Community of Champions” qui met en valeur les meilleurs produits alimentaires locaux. Le design des établissements a aussi été revu pour adopter un style lounge très recherché par cette clientèle. Son dirigeant Jeff Harvey déclare avoir compris que pour durer « nous avions intérêt à être créatifs, à proposer beaucoup de nouvelles saveurs, à renouveler régulièrement nos menus, et raconter des histoires solides prouvant notre implication dans la communauté ». A vous de jouer !

http://www.neorestauration.com/

(1) Rapport de l’Union Européenne sur la jeunesse

(2) Etude menée en décembre 2011 auprès de jeunes britanniques & américains

Read More

Tendance Comfort Food : le grand retour de la Pasta ?

On ne l’annonçait pas très en forme… Et la mini chaîne Hello Pasta qui proposait des recettes de pates à personnaliser et à emporter n’avait tenu que quelques étés… Mais la pasta va-t-elle enfin se révéler à l’Academia Barilla, car c’est bien le géant transalpin qui signe cette nouvelle tentative ? Toutes les recettes y sont : un concept fast casual où l’on commande au comptoir et on peut emporter, ou être servi à table dans de la porcelaine avec des vrais couverts. Les pastas ont été américanisées avec des sauces généreuses et sont complétées par une large gamme de pizzas au design étudié & salades. Le lieu joue habilement les codes du comptoir à manger avec des étagères remplies de sauces, huiles et bien sûr pâtes à shopper sans hésiter !Il devrait très prochainement proposer des produits sourcés auprès de fermiers locaux, pour aller encore plus loin dans l’authenticité & des cours de cuisine, en attendant 2 autres implantations ailleurs à Manhattan. Une initiative d’autant plus intéressante à analyser que l’autre géant de la pasta, Giovanni Rana, a lui aussi ouvert en 2013 son restaurant « flagship » de 180 places dans le quartier de Chelsea…

Pour en savoir plus, n’hésitez plus et commandez Inspiresto New York le cahier et le tour !

http://www.bento.fr/

http://www.bento.fr/

Read More

Chipotle, la star du burrito mexicain s’intéresse à la pizza…

Après son incursion en sur la restauration asiatique en 2012, Chipotle attaque le segment en pleine ébullition de la pizza « fast casual »

Pizzeria Locale, la pizza spectacle et minute…

Chipotle vient d’investir dans un concept de pizza rapide évolué imaginé par 2 transfuges de la restauration gastronomique ouvert à Denver, Etats Unis, en mai 2013, et avec 2 ouvertures supplémentaires déjà programmées sur la ville. Pizzeria Locale propose une gamme de 10 recettes élaborées, mais aussi la possibilité de créer et faire fabriquer sa pizza devant soi, et la voir cuire en moins de 2 minutes, grâce à un système de cuisson rotatif breveté.Un modèle qui reprend celui de Chipotle avec ses tortillas garnies en face des clients mais le parcours haut de gamme des fondateurs promet une expérience client encore plus qualitative. Une valeur ajoutée dont Pizzeria Locale aura besoin pour s’imposer car le segment est déjà bataillé par une multitude d’opérateurs attirés par ce qui pourrait s’annoncer comme un vrai relais de croissance. A côté de Pizza Rev à Los Angeles, soutenu par Buffalo Wild Wings, une enseigne américaine majeure, deux vétérans du secteur italien Sbarro et Fazzoli ont chacun développé leur concepts Pizza Cucinova et Venti-Tre tandis que les fondateurs de California Pizza Kitchen s’apprêteraient eux aussi à lancer leur version de la pizza qualitative à customiser …

Plusieurs casseroles sur le feu…

Avec le concept asiatique Southeast Asian Kitchen, ses 6 implantations, et plusieurs ouvertures en vue, le mouvement sur Pizzeria Locale démontre bien la volonté du fondateur de Chipotle d’adapter son modèle à toutes sortes de cuisines…

Article écrit pour l’hôtellerie Restauration http://www.lhotellerie-restauration.fr/journal/restauration-pizza/2014-01/Chipotle-s-interesse-a-la-pizza.htm

Article écrit pour l’hôtellerie Restauration http://www.lhotellerie-restauration.fr/journal/restauration-pizza/2014-01/Chipotle-s-interesse-a-la-pizza.htm

Read More

7 tendances américaines pour 2014

Identifiées par le cabinet Baum + Whiteman, un cabinet d’architecture aux analyses très respectées qui crée des restaurants partout dans le monde…

Le grand retour de la dégustation

Ce n’est pas la crise pour tout le monde et ces dernières années ont vu se multiplier des menus dégustation très haut de gamme comme à la fameuse French Laundry de Peter Keller en Californie avec une proposition à $270, et un supplément de $175 pour les pâtes à la truffe blanche. Même le branché Roberta à Brooklyn plutôt spécialisé sur la pizza artisanale a ouvert sa salle à manger privée avec son menu à $195.00. A ce prix là, tout un décorum très étudié est mis en place. En 2014, on prévoit le développement de ces offres en restauration moins élitiste, voire sur les chaînes.

Le poulet s’anoblit

Un des ouvertures new yorkaises remarquées ces dernières semaines, c’est la Rôtisserie Georgette qui célèbre le « poulet rôti » ou la « poule de luxe » avec volaille label rouge. Un poulet à partager très valorisé que l’on retrouve chez de nombreux chefs à travers les Etats Unis avec des recettes plus ou moins élaborées. Ludo Lefebvre, le fameux chef français qui a développé le concept de pop up restaurant, vient lui aussi d’y consacrer son nouveau lieu, LudoBird à Los Angeles.

Au revoir les Food Courts, bienvenue aux Food Halls

Les bon vieux food courts de galeries commerciales avec toujours les mêmes enseignes devraient laisser la place aux food halls, espaces qui associent au sein d’un même lieu scénarisé fabrication, vente et dégustation de denrées à l’esprit artisanal. La référence : Eataly.

Les boissons ça pétille

2014 devrait être une année liquide entre Starbucks qui s’intéresse décidément de plus en plus au thé et vient d’inaugurer à New York un prototype de bar à thé très calibré à sa marque Teavana, les sodas artisanaux et signature préparés sur place avec moult sirops artisanaux, infusions locales ou autres saveurs riches en histoire, ou les jus pressés à froid encore très citadins mais soutenus par une forte demande client pour des boissons fraîches, saines, agréables au goût et riches en bénéfices.

Le vert c’est clair

Vert c’est la couleur du dollar et ce n’est pas un hasard car de plus en plus d’intervenants misent sur les concepts santé & nature. Veggie Grill compte 20 restaurants avec un énorme menu végétarien, Freshii la canadienne est désormais présente dans 8 pays avec une offre centrée sur la fraîcheur et les légumes à personnaliser selon ses envies, Tender Greens en Californie promet une cuisine « farm to fork », de la ferme à la fourchette….

Du food truck au monomaniaque

Tirés par le phénomène des food trucks, forcément spécialisés, les restaurant mono-produits retrouvent l’intérêt du public : Houmous addicts, Nutellamaniaques, accros de la gaufre ou de la frite, dingues du yaourt grec … 2014 réserve de belles surprises !

Méditerranée Grand Sud Est

Oubliez l’Espagne ou la Grèce ; les nouvelles sources d’inspiration viennent de Tunisie, Irak, Syrie, Turquie, Iran… Le livre du célèbre traiteur britannique Ottolenghi « Jérusalem » s’arrache. Au delà du falafel et du houmous on annonce une harissa revue à la sauce Yéménite, des incroyables dip d’Alep ou le freekeh, un nouveau quinoa vert….

Article écrit pour l’Hotellerie Restauration

http://www.lhotellerie-restauration.fr/journal/restauration/2013-12/Les-tendances-americaines-dans-la-restauration-pour-2014.htm

Read More

TGI Fridays va-t-il aller faire la fête ailleurs ?

Le Groupe Carlson, qui possède les hôtels Radisson étudierait plusieurs scénarios dont la vente de l’enseigne au positionnement festif. Un moment favorable ? Le deal pourrait atteindre $1 billion – 735 millions €- pour un réseau qui génère plus d’1.8 milliards d’euros de vente et compte 920 restaurants dans le monde. TGI Friday résiste en effet bien à la crise avec des ventes supérieures à celle de sa catégorie aux Etats Unis et une position de leader bien assurée.

Depuis plusieurs années, Carlson a beaucoup investi sur la marque –60 restaurants ont encore été rénovés en 2013, générant 10% de croissance de chiffre d’affaires- tout en réduisant fortement les frais de structure. Ceci permet selon Nick Shepherd, le CEO de l’enseigne, de garantir à ses franchisés des résultats solides.

Une chaîne iconique

Basée à Dallas mais créée en 1965 à New York, TGI Friday ou « Thanks God It’s Friday », Dieu Merci c’est Vendredi s’est rapidement imposée comme le leader du Bar & Grill décontracté avec des innovations qui ont marqué comme la généralisation de l’Happy Hour ou l’invention du célébrissime cocktail « Long Island Iced Tea ». Elle a été rachetée par Carlson 10 ans plus tard. L’offre bar est au centre de la proposition avec plus de 8000 barmen qui s’affrontent chaque année pour le titre du plus grand animateur de bar TGI Friday du monde. La chaîne s’est également singularisée dès 2007 en lançant des petites portions plus sympathiques et plus économiques pour ses clients. La marque investit également de façon forte sur la fidélisation de ses clients avec un programme à la fois fun, valorisant avec un coupe file en restaurant et générant des économies grâce à des plats offerts.

Article écrit par Anne-Claire Paré pour l’Hôtellerie Restauration http://www.lhotellerie-restauration.fr/journal/restauration/2013-12/La-vente-de-TGI-Fridays-envisagee-par-Carlson.htm?fd=tgi%20and%20friday

Read More

Dance avec les noodles : La chaîne chinoise Hai Di Lao arrive aux Etats Unis

Hai Di Lao est une chaîne de ‘hot pot’, les fondues très populaires en Asie, mais son service est unique : les serveurs dansent avec des nouilles de 3 mètres…

La Rolls de la fondue

Avec 75 établissements en Asie, Hai di Lao est la Rolls de la fondue avec une offre travaillée au millimètre. L’attente souvent nécessaire pour avoir une table –plus d’une heure est fréquent- se fait dans un salon réservé avec bar à snacks à volonté, terminaux internet, jeux vidéos et même une manucure express pour les ladies.A table, les clients sont revêtus d’un large tablier et plongent les ingrédients de leur choix dans une marmite commune avant de les assaisonner des multiples sauces qui leur sont proposées. Pour compléter ce parcours client déjà haut en couleurs, la fameuse « danse des nouilles » imitée de celle des gymnastes avec leur bâton est effectuée plusieurs fois par soir par un personnel aux capacités plutôt athlétiques, en alternance avec des mimes plus traditionnels. L’entraînement dure 4 à 6 mois avant de pouvoir mettre le feu à la salle !

L’ouverture aux Etats Unis

Après avoir réussi son atterrissage à Singapour en 2012, Hai di Lao a annoncé vouloir implanter son premier restaurant à Los Angeles. Quelques adaptations seront bien sûr nécessaires comme l’adoption de chaudrons individuels plus occidentaux, ou l’abandon de la manucure qui aura du mal à passer avec les services d’hygiène locaux mais Hai di Lao va marcher dans les traces des grands… Yum Brands, l’actionnaire de référence de Kentucky Fried Chicken a acquis en 2011 la mini-chaîne de fondues Little Sheep qui compte déjà une douzaine d’implantations américaines dans des quartiers à majorité asiatique.

Après avoir réussi son atterrissage à Singapour en 2012, Hai di Lao a annoncé vouloir implanter son premier restaurant à Los Angeles. Quelques adaptations seront bien sûr nécessaires comme l’adoption de chaudrons individuels plus occidentaux, ou l’abandon de la manucure qui aura du mal à passer avec les services d’hygiène locaux mais Hai di Lao va marcher dans les traces des grands… Yum Brands, l’actionnaire de référence de Kentucky Fried Chicken a acquis en 2011 la mini-chaîne de fondues Little Sheep qui compte déjà une douzaine d’implantations américaines dans des quartiers à majorité asiatique.

Read More

Shopping & Restauration : le mariage de raison ?

Après un démarrage en trombe dans les années 2000, l’engouement pour les corners restauration en magasin, trop couteux et trop complexes était retombé. Mais la roue tourne…

Le moteur : se différencier du web

Et le shopping sur la toile pousse toujours plus les acteurs du commerce à transformer leurs points de vente en concept stores où le client peut vivre des expériences, passer un bon moment, tester les produits dans un cadre sensoriel et propice… Sinon à quoi bon se déplacer ?Les grands magasin américains l’ont bien compris : ABC la référence de la décoration new yorkaise ne propose pas moins de 3 restaurants dont 2 signés par le chef Jean George Vongerichten, ABC Market et depuis peu ABC Cocina. Le fameux restaurant du 6ème étage de Saks 5ème avenue toujours à New York ne désemplit pas …

Un restaurant pour créer du trafic et de l’expérience

La marque ultrabranchée de mode féminine Urban Outfitters vient carrément d’annoncer la création en Pennsylvanie d’un village avec plusieurs de ses enseignes, un café décontracté, un restaurant raffiné et même un hôtel de 90 chambres avec spa et espaces de réunion. Sa marque de jardinage Terrain abrite déjà plusieurs restaurants.  Club Monaco une autre marque textile veut pour se différencier de ses concurrents comme GAP faire de ses points de vente des lieux de culture avec café ultra-sélectionné et une librairie à disposition. Même le géant de la distribution Wal-Mart ouvre des drive in avec la marque de burgers Checkers. Prochaine étape, le retour des lieux hybrides qui marient café et activité commerciale comme l’excellent « Look Mum No Hands » à Londres qui associe café et vente de cycles.

Article paru dans l’Hôtellerie Restauration

Article paru dans l’Hôtellerie Restauration

Read More

Grandes manœuvres pour la réouverture du Terminal 2 d’Heathrow

Dernier maillon de la rénovation totale du fameux aéroport londonien, Le terminal 2 va rouvrir en juin 2014 avec une impressionnante brochette de concepts…

De la Giraffe revisitée

La chaîne anglaise Giraffe dédiée à la restauration à table festive et familiale avec ses 50 restaurants au Royaume Uni et rachetée en mai par le géant de la distribution britannique va en être. Ses équipes ont imaginé un nouveau concept très modulable, le « Wondertree ».Avec plus de 200 couverts, il abritera un café self service & une zone de restauration décontractée. Les plats seront préparés à la commande par une cuisine ouverte qui proposera du pain frais, des salades du monde et des pizzas, tacos et sandwiches qui devraient séduire facilement les familles qui seront surreprésentées sur ce terminal au profil plutôt loisirs. Giraffe est déjà présent sur les terminaux 1 et 5 avec d’excellentes performances.

A l’étoilé nostalgique

Heston Blumenthal, l’un des chefs les plus célèbres Outre-Manche avec ses restaurants Fat Duck et Diner vient également d’annoncer sa présence sur le projet avec un concept dédié comme toujours à sa passion pour la gastronomie britannique. Après la cuisine des rois Tudor, servie au Diner à Londres, le futur établissement devrait se centrer sur les plats populaires entre Inévitable fish & chips et pizzas. Le challenge sera de les préparer à la perfection… avec la touche d’excentricité british tout aussi indispensable.

La chaîne italienne d’expressos raffinés Ca’Puccino sera elle aussi présente sur ce terminal innovant avec un concept inédit de kiosque de presse-café enraciné dans la mode et le raffinement italien

La chaîne italienne d’expressos raffinés Ca’Puccino sera elle aussi présente sur ce terminal innovant avec un concept inédit de kiosque de presse-café enraciné dans la mode et le raffinement italien

Read More

Kickstarter, une future clef du financement en restauration ?

Kickstarter est un site de « crowdfunding », c’est à dire qu’il donne la possibilité de faire à appel au grand public, plutôt qu’aux banques, pour financer son projet. Son succès commence à toucher la restauration….

Des films, des vidéos, de la mode, de la musique et maintenant des restaurants…

Aux Etats Unis où il a été créé en 2009,  Kickstarter a déjà permis la création de plus de 60000 projets dans des domaines très différents. Le fonctionnement est simple : le créateur fixe un objectif de collecte de fonds & une date limite. Si l’objectif est atteint avant la date, le paiement des soutiens est déclenché; sinon personne ne paye. Kickstarter se finance en prélevant 5 % des fonds collectés. La nouveauté c’est que de plus en plus de restaurants ouvrent leurs portes grâce à des deniers collectés sur Kickstarter…

La prime à la créativité

A San Francisco, la Garden Bakery a ainsi levé $35000 (26000€) pour financer son truck à sorbets tandis que le Myriad Gastro Pub a récolté $63000 (46000€). Ce ne sont que de petits coups de main, puisque le coût de construction moyen d’un restaurant dans la ville s’élève plutôt à $600000 (450000€), mais ils sont parfois bien utiles pour démarrer et se bâtir avant même l’ouverture une bonne base de clients fans.  Parfois, les enjeux sont plus élevés : pour leur projet « Travail Kitchen » dans le Minnesota, les fondateurs ont réussi à récupérer plus de $75000  en 6 heures avec une belle brochette de récompenses en échange : des coupe-file – le restaurant ne prendra pas de réservations- des dîners offerts, des places pour l’inauguration, des cours de cuisine, leur nom sur le « mur de la famille » et même un exemplaire du calendrier sexy des chefs en 2014… Pour émerger, il faut savoir communiquer !

A San Francisco, la Garden Bakery a ainsi levé $35000 (26000€) pour financer son truck à sorbets tandis que le Myriad Gastro Pub a récolté $63000 (46000€). Ce ne sont que de petits coups de main, puisque le coût de construction moyen d’un restaurant dans la ville s’élève plutôt à $600000 (450000€), mais ils sont parfois bien utiles pour démarrer et se bâtir avant même l’ouverture une bonne base de clients fans.  Parfois, les enjeux sont plus élevés : pour leur projet « Travail Kitchen » dans le Minnesota, les fondateurs ont réussi à récupérer plus de $75000  en 6 heures avec une belle brochette de récompenses en échange : des coupe-file – le restaurant ne prendra pas de réservations- des dîners offerts, des places pour l’inauguration, des cours de cuisine, leur nom sur le « mur de la famille » et même un exemplaire du calendrier sexy des chefs en 2014… Pour émerger, il faut savoir communiquer !

Read More

Tendance French Touch : Qui veut gagner des Millions ?

C’est en tous cas ce qu’a fait Richard Caring, l’entrepreneur britannique qui vient de céder sa participation majoritaire dans la chaîne Côté Brasserie au groupe CBPE Capital… pour environ £100 millions ! Créée en 2007, Côté Brasserie promet une cuisine française fraîche et simple à prix raisonnable, une formule gagnante qui lui permet de revendiquer 45 adresses outre Manche avec une forte concentration sur Londres et une des meilleures rentabilités du secteur. Côté menu, pas d’extravagance : les attendus steak frites, moules marinière, salade niçoise ou crème caramel sont bien sûr au rendez vous.Le morceau de bravoure est bien dans l’air du temps : une belle rôtisserie de poulet à base de  « breton » chicken venant de la Bretagne rurale (sic) et nourri au maïs,  proposé avec ses frites et 3 sauces au choix. French is definitely not dead et on salue au passage la jolie vague d’ouvertures new yorkaises qui mettent un peu d’hexagone dans la grosse pomme : l’événement Lafayette avec son irrésistible boulangerie, Montmartre qui expérimente quelques audacieuses fusions franco-asiatiques à base de boudin chinois & canard rôti… et fumé, Promenade (des Anglais) logiquement dédié à la gastronomie de la Riviera, Les Philosophes… déclinent avec bonheur des classiques frenchies accessibles. Car tout ne marche pas -ou plus- passé nos frontières : si vous voulez en savoir plus sur les formats gagnants, c’est chez bento

Read More

Tendance Hôtel Food : c’est à New York que ça se passe !

La restauration hôtelière est le sujet de l’automne et le line up des ouvertures prévues / à venir illustre à quel point le FnB est devenu une source de revenus et un outil de fidélisation stratégiques pour les acteurs du secteur. Demandez le programme… En septembre Le Hyatt d’Union Square ouvre le bal avec un concept de tapas brésiliens, design graffiti style & bar à caïpirinhas. Le Peninsula accueille lui Clément, et le chef Brandon Kida alias the Smorgas chef pour une cuisine traditionnelle américaine infusée de saveurs nordiques so tendance;le Viceroy annonce Kingside, un plaisir au moins royal avec son décor d’échiquier géant, ses luminaires effilés & son comptoir du chef en briques rouges, sous la supervision de Marc Murphy du Landmarc. Pendant ce temps, côté économique, le POD 51 se marie avec le joli & approprié POP Burger dans un lieu au design au coût & au design aussi étudiés qu’impactants. Octobre devrait voir au New York Palace l’éclosion de Pomme Palais, un concept de boulangerie-marché élaboré par un chef français, Michel Richard. En novembre le Standard Hotel du Village poursuivra dans la veine qui a si bien réussi à la marque – le Standard de Meatpacking a été le premier à ouvrir à New York un beergarden, créant un vrai phénomène puisque l’on en compte plus de 50 dans la ville aujourd’hui- avec  un lieu dédié à aux légumes, agrémentés de produits crus en provenance de la ferme personnelle d’André Balazs, le propriétaire de l’enseigne. Une urgence donc : aller voir et comprendre tout cela, ce que nous allons nous efforcer de faire lors de notre prochain trip à New York en octobre… Si vous avez des demandes spécifiques, profitez en, c’est le moment ! acp@bento.fr

Read More

L’Inde nouvelle frontière du foodservice ?

Depuis l’ouverture cet automne du premier Starbucks en Inde, une frénésie d’annonces s’est emparée des grands noms mondiaux de la restauration. Alors que la Chine ralentit, l’Inde apparait comme un nouvel eldorado…

Un lancement très évènementiel

Avec une heure d’attente au minimum pour obtenir sa précieuse boisson caféinée, les indiens ont réservé un accueil des plus chaleureux au géant américain.Le pays est déjà familier avec le concept du coffee shop: la chaîne locale aux couleurs très pop Café Coffee Day domine un marché déjà estimé à $ 230millions (172 millions d’€), alors qu’il ne s’élevait qu’à $40millions il y a 5 ans selon le cabinet indien Technopak. Mais la hype de la marque à la sirène a créé une forte excitation. Il y a quelques jours, c’était au tour de New Delhi d’accueillir son premier café avec de jolis clins d’oeil à la street food indienne.

Subway: du 0% boeuf au 100% végétarien

Subway est présent de son côté depuis près de 10 ans sur le pays et compte déjà 293 unités. La chaîne a du adapter son offre pour répondre à l’énorme classe moyenne locale – 300 millions de personnes- à 80% de religion hindouiste et ne consommant donc pas de boeuf. Aucun Subway indien ne vend donc de boeuf et un comptoir spécifique est réservé aux préparations végétariennes. Le géant du sub a poussé plus loin l’expérience en 2012 avec l’ouverture de 4 points de vente 100% végétariens. Une gamme très spécifique a du être travaillée avec des recettes plus élaborées. Un investissement qui devrait être rentabilisé assez rapidement car Subway projette aux pays des nans un développement plus que soutenu: le parc pourrait atteindre 530 unités en 2015 selon un porte-parole de l’enseigne.

Des prétendants à foison…

Récemment, c’est Burger King qui a également évoqué des perspectives indiennes… Des discussions seraient en cours avec Everstone Capital, un des plus gros fonds d’investissement spécialisé sur l’Inde. Mais les candidats se poussent au portillon: Leur grand rival sur le burger, la chaîne Wendy’s serait sur les rangs, tout autant que les britanniques Wagamama ou Ping Pong deux concepts de fast casual asiatique. On parle aussi de Vapiano, le pizza-pasta bar européen implanté récemment à paris et à Lyon ou même de Jamba Juice, le mastodonte américain du bar à jus…. De là à penser que l’Inde fait figure de nouvel eldorado…

Récemment, c’est Burger King qui a également évoqué des perspectives indiennes… Des discussions seraient en cours avec Everstone Capital, un des plus gros fonds d’investissement spécialisé sur l’Inde. Mais les candidats se poussent au portillon: Leur grand rival sur le burger, la chaîne Wendy’s serait sur les rangs, tout autant que les britanniques Wagamama ou Ping Pong deux concepts de fast casual asiatique. On parle aussi de Vapiano, le pizza-pasta bar européen implanté récemment à paris et à Lyon ou même de Jamba Juice, le mastodonte américain du bar à jus…. De là à penser que l’Inde fait figure de nouvel eldorado…

Read More